AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Tempête de neige
Une violente tempête de neige s'abat sur Burlington Retrouvez toutes les informations
par ici pour participer.
soldes 2019
Jusque dimanche, vous aurez la chance de profiter des soldes afin de demander un double compte sans conditions.

Partagez | 
 

 J’m’égare dans la vingt-cinquième heure (w/ sawyer)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
- la danseuse ivre -
avatar
date d'inscription : 12/11/2018
messages : 266
pseudo (name) : olympienne (audrey).
multinicks : la petite maman : reagan.
faceclaim : ana de armas by primbird.

studies/job : elle est institutrice maternelle, plutôt douée avec les enfants.
heart situation : seule, celle qui rêve au prince charmant. elle a peur d’être partie pour recréer le schéma chaotique de sa famille.
personal thoughts : theosawyerharperalbane
MessageSujet: J’m’égare dans la vingt-cinquième heure (w/ sawyer)   Sam 17 Nov - 13:24


j’m’égare dans la vingt-cinquième heure
Auxane souffle quand elle passe la porte de son appartement, elle adorait son métier mais le week-end qui arrivait lui paraissait bien agréable aussi. Elle pose son sac à l’entrée, se débarrasse de son long manteau, et file sous à douche, pour se réchauffer. Ils vont vers cette partie de l’année qu’elle n’apprécie qu’à moitié : elle adore les fêtes de noël et la beauté de la neige, autant qu’elle déteste le froid. Elle laisse son corps se détendre sous l’eau chaude, et elle réfléchit. Son frère, Bohemian, n’est pas là de la soirée. Il lui avait sûrement dit qu’il comptait sortir mais elle ne savait plus vraiment ce qu’il avait prévu, et si elle reste dans son appartement, c’est seule avec Netflix qu’elle va finir la soirée. Peu réjouissant pour un début de week-end. Elle pourrait sortir, aller boire un verre. Seule ou avec des amis, il est toujours possible de s’amuser, et puis souvent elle retrouve des têtes connues. Le barman du café où elle se rend le plus souvent est un ami de lycée, il faisait partie de l’équipe de foot américain, et elle, cheeeleadeuse, avait une bonne entente avec la plupart des joueurs. Elle ne sait pas, Auxane, si Theodora avait quelque chose de prévu ce soir, elle ou les autres, mais la jeune femme compte bien sortir. Et même seule s’il le faut.

La soirée est déjà avancée quand elle entre dans le bar, le même où elle a retrouvé son groupe d’amis la dernière fois. Le même groupe d’amis dont faisait malencontreusement partie Sawyer MacPherson. Ils ne s’appréciaient pas et ce n’était un secret pour personne. Au lycée déjà, il était connu que les deux jeunes n’étaient pas amis, decoulant d’une gifle donnée par Theodora, meilleure amie d’Auxane déjà à l’époque. Elle jette un œil au reste du bar, rempli ; pas étonnant, un vendredi soir. Elle marche avec une certaine aisance, perchée sur ses talons hauts, dans une petite robe noire sans prétention. Basique, moulante, courte mais pas vulgaire. Les parents de ses élèves seraient bien étonnés de la croiser comme ça, elle habillée souvent en pantalon et chemisiers colorés. Elle repère son ami derrière le comptoir et prend la dernière place disponible au comptoir, assise entre deux hommes qui lui tournent le dos. « Hey ! » Et elle attire l’attention du barman sur elle, qui finit sa commande avant de venir la voir. « Quelle bonne surprise, tu es toute seule ? » Auxane hoche la tête, un peu dépitée. Elle n’a pas réussi à joindre Theo, sûrement occupée donc elle lui a laissé un message, à voir quand la jeune femme le verrait. Ce n’était pas une accro au smartphone. « Mais c’est pas grave, j’avais envie de sortir, et rendre visite à un ami ? » Elle rit et observe les bouteilles d’alcool derrière lui. « Tu me sers un vesper s’il te plaît ? » Cocktail à base d’absinthe qu’elle apprécie particulièrement. Et pourtant, à sa dernière soirée, c’est à cet alcool qu’elle a bu. Et c’est peut-être en partie à cause de ça qu’elle s’est retrouvée à passer la nuit dans un autre appartement que le sien, dans les draps d’un homme, leurs corps qui se cherchent. Et elle ne pouvait mentir : elle avait beaucoup aimé la nuit qu’ils avaient passé. Elle aurait pu garder contact avec lui, si ce n’était pas Sawyer MacPherson. Elle soupire et sourit en prenant son verre, le portant à ses lèvres et observe l’homme qui se trouve à sa gauche. Penché sur son verre, il n’a pas l’air d’être très heureux. Mais elle, elle ne peut rien y changer. Et quand elle entend le barman, qui ne s’adresse pas à elle mais à lui, elle manque de lâcher son verre. Hey Sawyer. Et elle n’entend pas la suite. Quel était le jeu du destin pour la pousser à se retrouver à côté de MacPherson cette fois-ci. Elle voit sa main, posée sur le comptoir qui tremble. Et les souvenirs d’une soirée bien trop récente qui lui reviennent par images, elle qui aurait peut-être préféré oublier. Et peut-être qu’elle devrait partir, s’échapper mais c’est pas son genre, à la Khan. « Quelle jolie surprise. » et son ton se fait un peu plus ironique, mais elle ne peut empêcher ses joues de rosir. Parce que, malgré elle, elle repense à ce soir-là.


@Sawyer MacPherson



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thefinalsong.forumactif.org/t825-a-k-quils-le-donnent-dau En ligne
- l'arroseur arrosé -
avatar
date d'inscription : 05/11/2018
messages : 1597
pseudo (name) : hurry babe, mathilde.
multinicks : la jolie iris et aryan, l'homme objet.
faceclaim : dom. sherwood + h0neyy (av), beylin (sign)

studies/job : agent immobilier, vendeur de quatre murs et un toit.
heart situation : ex futur marié, laissé face à ses démons devant l’autel, frappé par le revers d’un passé honteux. Le cœur en miettes et verrouillé, à la recherche de sentiments qu’il se refuse à éprouver à nouveau.
personal thoughts : .
Theo - does this darkness have a name ?
Jace - lorsque l'on se perd en chemin...
Auxie - j'm'égare dans la vingt-cinquième heure.
Enola - is a visit or a joke ?

story of my life :
MessageSujet: Re: J’m’égare dans la vingt-cinquième heure (w/ sawyer)   Lun 19 Nov - 0:29


j’m’égare dans la vingt-cinquième heure
C’était un jour sans, un jour comme les autres dans la vie de Sawyer MacPherson. Sa journée de boulot, pourtant bien rythmée comme le voulait l’activité immobilière locale, n’avait pas suffi à regonfler son moral. Aujourd’hui, c’était leur anniversaire de rencontre, à Hastia et lui, enfin du moins, la première fausse rencontre, puisqu’elle s’était amusée à le prétendre pendant deux foutues années. Une date qui ne voulait plus rien dire, une date faussée, une date blasphémée par ses mensonges et sa trahison. Le visage fermé, Sawyer broyait du noir, il en était conscient mais chaque fois qu’il rentrait du travail et posait le pied dans cet appartement, dans ce qui fût leur foyer, leur nid d’amour, dans ces lieux qui les avaient vus préparer un mariage qu’il avait imaginé grandiose, il s’effondrait. Il avait eu beau envoyer voler les cadres, brûler les photos, maudire cette fille des milliers de fois dans ses cauchemars les plus éprouvants, elle avait fait de lui une loque, une larve, un être dépourvu d’une once de joie. Alors il avait trouvé un remède, un seul pour, l’espace d’un instant, oublier ses problèmes, oublier sa vie, oublier le loser MacPherson : l’alcool. Il avait pris l’habitude d’aller s’enivrer la tête et de redevenir Sawyer, un mec sûr de lui, parce qu’il avait besoin de retrouver sa fierté, sa virilité, lui à qui on avait arraché toute sorte d’estime de lui-même face à cet autel, face aux regards désabusés des invités, face aux visages fustigeants de ses parents, encore une fois déçus d’avoir un fils incapable de comprendre sa propre situation. Alors forcément, ce fut en toute logique qu’il se dirigea vers le bar de Jeff, se dépêchant de quitter son propre appartement pour rejoindre un endroit bondé, un endroit où il ne pourrait pas déprimer comme sur son canapé , un endroit qui ne lui rappellerait pas sa rupture, un endroit qui lui appartenait, pas à elle, pas à eux, à lui.

Une fois à l’intérieur, il s’installa sur un tabouret, directement accoudé au bar, prêt à taper la discussion à un Jeff plutôt très occupé. “Salut le beauf, ça va toi ?” Le barmaid lui adressa un sourire, puis lui fit signe qu’il revenait dans quelques instants, après avoir versé à la table du fond les cocktails commandés. Finalement, il se pointa devant Sawyer, et le regarda de travers. “T’as une sale gueule, vieux !” Le blond leva les yeux au ciel. “Ca va, ferme-la un peu et sers moi un pur malt bien dosé ! Ce soir, j’me la mets.” Cette fois, ce fut le garçon derrière le bar qui leva les yeux au Ciel. La dernière fois que MacPherson lui avait dit ça, il avait fini la soirée en vomissant ses tripes sur le parquet ainsi que sur le comptoir, laissant Jeff désemparé. Toutefois, il reçut quand même son verre, dosé normalement, et le blond ne manqua pas de mimer son mécontentement à son pote. Fixant son verre à moitié vide avant même qu’il en consomme une première gorgée, il entendit Jeff accueillir une nouvelle arrivante. Riant dans sa barbe, impassible à l’extérieur, il écoutait d’une oreille, vérifiant ainsi que celui-ci ne faisait pas d’infidélité à sa soeur. Le dialogue semblait sans ambiguïté, alors Sawyer attrapa son verre et fit tournoyer l’alcool délicatement. Soudain, il entendit Jeff revenir et servir la fille d’à côté. Il n’avait même pas daigné poser les yeux sur elle, il n’était pas encore en état pour y songer, pour regarder une fille, une autre fille qu’elle, Hastia. Desespéré de penser à elle, même assis à ce comptoir, il alla pour s’enfiler son verre cul sec lorsqu’il fut interpeller “Voilà ton vesper Auxane... Hey Sawyer ! Vas-y mollo frangin !” OH OH. Aussitôt, il tourna la tête et se retrouva nez à nez avec la brune qu’il avait mis dans son lit quelques jours plus tôt, une brune qui s’avérait être la meilleure amie de la pestiférée Theodora Evans, une brune qui s’était toujours fait un plaisir de soutenir sa pote dans l’adversité, à savoir face à lui. Pourtant, l’autre soir, ils avaient semblé avoir oublié l’animosité qui les habitait pour ne plus écouter que leurs pulsions, leur attraction. Il avait bu, certes, au point d’avoir envie de plaire, au point de vérifier qu’il pouvait séduire à nouveau, au point de se défier d’attirer une fille dans son lit, au point de coucher avec Auxane Khan, et pire encore, d’avoir trouvé l’instant plutôt agréable. Evidemment, elle ne resterait qu’un coup d’un soir qu’il tirait à tout jamais, mais la retrouver assise à ses côtés rendait les choses plus difficiles à ignorer. “Auxane... Tu reviens sur une terre de péché, je te pensais moins joueuse que ça...” Il s’enfila son verre, d’une traite, parce qu’il avait besoin d’une dose de courage, là, tout de suite, pour gérer la situation. “T’es au courant que le passé reste dans le passé, n’est-ce pas ?” Lui chuchotta-t-il, un brin narquois, un brin inquiet. Manquerait plus qu’elle soit tombée amoureuse celle-là, il avait vraiment pas besoin de ça dans sa vie, et encore moins besoin d’elle.


@Auxane Khan



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
You think you know me
BUT YOU DON’T
AND THAT MEANS YOU DON’T KNOW WHAT I CAN DO.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thefinalsong.forumactif.org/t671-sawyer-si-moi-aimer-toi-
- la danseuse ivre -
avatar
date d'inscription : 12/11/2018
messages : 266
pseudo (name) : olympienne (audrey).
multinicks : la petite maman : reagan.
faceclaim : ana de armas by primbird.

studies/job : elle est institutrice maternelle, plutôt douée avec les enfants.
heart situation : seule, celle qui rêve au prince charmant. elle a peur d’être partie pour recréer le schéma chaotique de sa famille.
personal thoughts : theosawyerharperalbane
MessageSujet: Re: J’m’égare dans la vingt-cinquième heure (w/ sawyer)   Lun 19 Nov - 12:31


j’m’égare dans la vingt-cinquième heure
Le destin s’acharnait-il sur elle ? Auxane avait eu la gentillesse, pour un ami commun, de ne pas refuser son invitation à passer une soirée dans ce bar, tout en sachant que MacPherson serait là. Et elle avait passé la soirée avec eux, s’était même surprise à parler et à rire avec Sawyer, à se rapprocher au gré de l’alcool alors que leurs amis s’en allaient pour finalement ne finir qu’à deux, et décider de rentrer chez lui. Une erreur qu’ils avaient faite mais qui s’était avérée très agréable dans les souvenirs de la jeune femme. Et elle savait que si Theodora apprenait ça, elle la tuerait. Pour elle, savoir que sa meilleure amie et son pire ennemi avaient couché ensembles serait un bien trop grand choc à supporter. Elle ne pensait pas devoir le recroiser avant très longtemps mais seulement quelques jours après cette nuit, elle se retrouvait assise à côté de lui, dans le même bar. Auxane aurait pu se lever du tabouret, abandonner son verre encore plein, et trouver un autre bar pour passer une soirée des plus agréables. Mais la Khan n’était pas lâche, elle ne voyait pas de bonne raison de fuir ce bar juste pour la présence de cet homme à côté d’elle. Cet homme qui ne semblait même pas la voir ou la reconnaître, tant son attention était portée sur le verre qu’il tenait. Et elle se rendit compte, à le voir jouer avec l’alcool le regard dans le vide, qu’elle ne connaissait rien de Sawyer MacPherson. Qu’elle le supportait mais que toutes ces fois au lycée, c’était parce qu’il s’en prenait à sa meilleure amie. Et personne ne touche à Theodora. Et elle voit que son prénom l’interpelle car il semble s’animer, se redresse, tourne la tête. Elle croise son regard et le soutient, pas du genre à baisser les yeux. « Auxane... Tu reviens sur une terre de péché, je te pensais moins joueuse que ça... » Et un sourire en coin vient étirer les lèvres rouges de la belle brune. Une terre de péché ? Elle n’est pas dupe, elle sait exactement de quoi il parle car ses souvenirs à elle sont plus clair qu’elle ne l’aurait cru. « C’est que tu ne me connais vraiment pas, Sawyer. » Et c’était vrai. Au fond, que connaissaient-ils l’un de l’autre loin des bancs du lycée ? Loin des disputes engendrées entre Theo et lui. Ils n’avaient jamais fait l’effort d’essayer un minimum de se connaître ; ils se croisaient dans des soirées d’amis en commun mais sans un regard, sans un mot. Elle ignorait ce qui avait changé la dernière fois, ce qui les avait poussé à avoir une conversation et à rire ensemble. D’habitude, ils s’ignoraient avec courtoisie, pas un mot plus haut que l’autre afin de ne pas gâcher la soirée de leurs amis, des petites piques lancées, avec un sourire en coin. Des remarques à faire bouillir le sang de la Khan, à la pousser à enchérir chaque fois. Et il reprend, à voix basse, comme pour ne pas être entendu : comme si Jeff écoutait toute leur conversation. « T’es au courant que le passé reste dans le passé, n’est-ce pas ? » Et elle sourit, en l’observant, son verre à la main et les jambes croisées. Il ne croit tout de même pas qu’elle est tombée amoureuse de lui ? Qu’il est un si bon coup qu’elle tomberait dans ses bras comme une idiote ? Non, définitivement Sawyer MacPherson ne la connaît pas. Elle fait tourner l’alcool dans son verre, l’observe et prend une gorgée avant de plonger son regard dans celui du jeune homme. « Le passé reste le passé. » Auxane a besoin de le dire, comme pour garder la réalité. Comme si c’était un accord convenu entre eux, un accord tacite. « Je ne vais sûrement pas te courir après. Tout comme je ne vais pas éviter ce bar à cause de ça. » Elle ne quitte pas ses yeux, et se surprend à penser qu’elle ne les avait jamais vraiment observé. Et il y a quelque chose dans ses yeux, qui trahit de la tristesse peut-être ? « Tu ne veux pas que ça se sache ? » Elle sourit, elle a même envie de rire à l’idée que tout le monde puisse l’apprendre. « Sawyer MacPherson et Auxane Khan ont couché ensembles, c’est presque risible tant ça paraît absurde. » Et elle rajoute en murmurant, pour que seul lui l’entende. « C’était pourtant agréable. » Et elle tente d’ignorer les sensations qui lui reviennent de cette nuit, elle tente d’oublier que son coeur s’accélère légèrement dû au stress d’être face à lui, pour la première fois de sa vie. « Il faut croire que tu en avais besoin, pour que ça finisse ainsi, et avec moi surtout. » Parce que sans avoir bu, jamais ils n’auraient fini ainsi. Trop d’années à s’ignorer, à se lancer des piques. Et pourtant, il n’avait suffi que d’une soirée et quelques verres pour qu’elle lui tombe dans les bras.


@Sawyer MacPherson



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thefinalsong.forumactif.org/t825-a-k-quils-le-donnent-dau En ligne
- l'arroseur arrosé -
avatar
date d'inscription : 05/11/2018
messages : 1597
pseudo (name) : hurry babe, mathilde.
multinicks : la jolie iris et aryan, l'homme objet.
faceclaim : dom. sherwood + h0neyy (av), beylin (sign)

studies/job : agent immobilier, vendeur de quatre murs et un toit.
heart situation : ex futur marié, laissé face à ses démons devant l’autel, frappé par le revers d’un passé honteux. Le cœur en miettes et verrouillé, à la recherche de sentiments qu’il se refuse à éprouver à nouveau.
personal thoughts : .
Theo - does this darkness have a name ?
Jace - lorsque l'on se perd en chemin...
Auxie - j'm'égare dans la vingt-cinquième heure.
Enola - is a visit or a joke ?

story of my life :
MessageSujet: Re: J’m’égare dans la vingt-cinquième heure (w/ sawyer)   Ven 30 Nov - 19:01


j’m’égare dans la vingt-cinquième heure
S’il avait souhaité, en venant s’installer au comptoir, oublier ses maux et profiter de la soirée pour s’amuser et chercher à redevenir Sawyer le séducteur, il n’avait toutefois pas imaginé se voir apporter sur un plateau d’argent la dernière fille à avoir froissé ses draps. Surpris, gêné, et un brin amusé de la situation, le blond ne pouvait maquiller son sourire en coin. Le souvenir de cette soirée intime était doux, malgré leur passif, et si lui n’en avait absolument rien à faire de froisser Theodora, il réalisait combien ce qui s’était produit entre eux pouvait être inconvenant pour Auxane. Lui et elle, un cauchemar inimaginable pour la Evans, un scénario improbable auquel elle n’aurait jamais songé, et pour cause, sa meilleure amie… dans le lit de son pire ennemi ! Pourtant, c’était arrivé, les deux pêcheurs aidés par l’ivresse d’une nuit alcoolisée, certes, mais ça avait bel et bien existé. Forcément, lorsque la jeune femme avait soumis l’idée qu’il ne voulait pas que ça se sache, Sawyer ne put empêcher un éclat de rire. Comment pouvait-elle imaginer que lui en avait quelque chose à foutre ? Lui, Sawyer MacPherson, largué, humilié, qui ne devait de compte à personne. « C’est une blague j’espère, Khan. Tu as bien plus à perdre que moi dans cette histoire… » Il fit signe à Jeff de lui en servir un autre, pendant qu’il scrutait attentivement la réaction de la demoiselle à ses côtés.  Son sourire ne s’effaça pas tandis qu’elle continuait à parler de leur nuit ensemble, et du souvenir agréable que leur corps à corps leur avait laissé, chacun à leur manière. Lui, voyait cet épisode comme quelque chose de sympa, ni plus ni moins qu’une soirée sympa, du plaisir sans sentiment, le même que s’il avait amené une fille lambda ce soir-là. Sauf Qu’elle n’était pas n’importe qui Auxane, elle était l’interdit, et ça rendait les choses plus pimentées, plus sensuelles, plus passionnées. L’insistance de la brune à parler de ce soir-là, à continuer cette conversation un peu plus longtemps l’amusait encore un peu plus. Sirotant son verre, il restait songeur. Et s’ils remettaient ça tous les deux, ça pourrait être fun ? Après tout, il était célibataire, elle l’était aussi, et ce petit jeu rendait l’idée encore plus excitante. « Cap ou pas cap Khan ? » Il était monstrueux, il avait déjà tout prévu pour parvenir à ses fins, et ça commençait par recommencer le même schéma qu’au match aller. Alcool, jeu, séduction… Rien de plus facile, elle avait l’air déjà amusée, son verre à la main, et la séduction faisait déjà partie intégrante de leur vocabulaire depuis qu’ils s’étaient retrouvés nez à nez.

C’était un sentiment étrange que de se retrouver dans ce bar avec Auxane, à la fois perturbé et amusé par une situation des plus délicates, mais en même temps tenté par l’interdit. Pour la première fois, il la regardait vraiment, avec ses grands yeux de poupée, et pour la première fois, il ne pensait pas à Hastia, il ne pensait pas à son mariage raté, il ne pensait pas tout court, et Dieu que c’était bon. Il ne la lâchait pas, observant les moindres détails d’une plastique qu’il avait pourtant déjà étudié de près quelques nuits plus tôt, et semblait même satisfait d’avoir attiré une fille aussi bien gaulé dans son pieu. Pourquoi donc n’avait-il pas remarqué cette silhouette enivrante un peu plus tôt ? Et pourquoi est-ce qu’il n’avait jamais vraiment discuté auparavant ? La réponse à ces deux questions portait un prénom : Theodora. Un vrai cafard, toujours là où ne voulait pas d’elle, toujours à donner son avis, à jouer la fille bien quand elle était finalement que sans intérêt. La simple idée d’imaginer sa tête de larve le rendait nauséeux, alors pour oublier l’horreur d’un tel spectacle, il s’enfila son verre, cul sec… encore. « Un autre Jeff, quelque chose me dit que cette soirée va être longue. » il arqua un sourcil et leva son verre en direction de la demoiselle à ses côtés, lui offrant un clin d’oeil ridicule au passage. Ce soir, il serait cap, cap de tout faire, cap de franchir la limite, cap de faire n’importe quoi, parce que merder, c’était de toute façon, l’histoire de sa vie, alors autant le faire en beauté.


@Auxane Khan



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
You think you know me
BUT YOU DON’T
AND THAT MEANS YOU DON’T KNOW WHAT I CAN DO.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thefinalsong.forumactif.org/t671-sawyer-si-moi-aimer-toi-
- la danseuse ivre -
avatar
date d'inscription : 12/11/2018
messages : 266
pseudo (name) : olympienne (audrey).
multinicks : la petite maman : reagan.
faceclaim : ana de armas by primbird.

studies/job : elle est institutrice maternelle, plutôt douée avec les enfants.
heart situation : seule, celle qui rêve au prince charmant. elle a peur d’être partie pour recréer le schéma chaotique de sa famille.
personal thoughts : theosawyerharperalbane
MessageSujet: Re: J’m’égare dans la vingt-cinquième heure (w/ sawyer)   Dim 2 Déc - 19:29


j’m’égare dans la vingt-cinquième heure
« C’est une blague j’espère, Khan. Tu as bien plus à perdre que moi dans cette histoire… » Son sourire ne s’efface pas, alors qu’elle sait qu’il a raison. Elle peut perdre l’amitié de Theodora rien que pour lui avoir parlé gentiment, pour avoir ri avec lui et encore pire de savoir qu’elle avait couché avec lui. Elle avait vu sa meilleure amie pendant la semaine et la question des amours s’était posée, mais jamais Auxane ne lui aurait avoué avoir couché avec le MacPherson. Elle ne voulait pas perdre son amie pour un coup d’un soir, quelque chose qui n’avait aucune chance de se reproduire. Sauf si la soirée suivait le même chemin, l’alcool aidant. Elle fait signe à Jeff de lui servir un nouveau verre, à peine la dernière gorgée du premier finie. Elle avait envie de boire, d’échapper à une discussion trop compliquée avec Theodora, c’est peut-être pour ça qu’elle n’était pas avec elle ce soir. Cap ou pas cap Khan ? La phrase résonne dans son esprit, Auxane aurait presque peur de la signification cachée derrière le défi. Mais elle est joueuse, la Khan, très joueuse en ce moment. Peut-être parce qu’elle avait besoin d’un peu d’aventure ? Peut-être parce qu’elle n’avait jamais refusé un défi, peu importe l’âge qu’elle avait ? Parce qu’au fond, l’idée de coucher une nouvelle fois avec cet homme ne la dégoûtait pas autant qu’elle avait essayé de se convaincre quand elle s’était réveillée après cette nuit-là. Jeff lui ramène son verre et les observe, avec un sourire en coin qui ne laisse pas de place à l’imagination. « Pas un mot, Jeff. » Elle le regarde et il lève les mains, dans un geste d’innocence, et rigole alors qu’elle lève les yeux au ciel. « Je n’ai rien dit, Auxie. » Et il retourne au bar, trouver d’autres clients. Et elle se tourne vers le blond à côté d’elle, elle prend le temps de l’observer. Ses cheveux blonds en bataille, ses yeux vairons, sa chemise qui le mettait en valeur. Sawyer MacPherson était un bel homme, et elle ne s’en était jamais rendue compte avant. Parce que Sawyer était l’ennemi de Theodora, avant même que les deux jeunes femmes ne deviennent amies. Alors, la jeune brune ne l’avait jamais vu autrement. Et ce soir, c’était peut-être une chance. « Cap MacPherson. » Et elle lève son verre, le porte à ses lèvres et le pose vide sur le comptoir. Et Auxane se dit qu’elle n’est pas étonnée que beaucoup de ses amies trouvaient cet homme beau, à l’époque du lycée. Elle devait être la seule cheerleadeuse à ne pas fantasmer sur lui, ou un autre sportif de l’équipe. « Je suis peut-être même plus joueuse que toi, Sawyer. » Et il commande encore un verre, en lançant une phrase à propos d’une longue soirée à leur ami commun qu’elle entend rire. Mais leurs regards se trouvent et ne se quittent plus vraiment. Il est une distraction des plus intéressante sur dans une soirée qu’elle aurait cru trop calme, seule avec son verre. Elle n’avait pas prévu de ramener quelqu’un dans son lit ce soir, elle voulait juste se détendre après une semaine un peu longue : elle n’arrêtait pas de courir et il y avait aussi les souvenirs trop récents du week-end précédent. Et au fond, ces souvenirs ne seraient pas seulement des souvenirs, ce soir. « Il n’y a pas que la soirée qui sera longue, j’ai l’impression. » Elle porte son verre à ses lèvres et son clin d’oeil la fait sourire. Elle a beau savoir que ce n’est qu’une nuit, sans attaches, sentir qu’elle peut encore être désirée pourrait lui faire pousser des ailes. Elle a qui l’amour ne réussit pas non plus, elle a entendu parler - comme tout le monde - de sa rupture brutale, et elle comprend. Elle qui a trouvé son ex-petit-ami dans les bras, et pas seulement, d’une autre. « Une soudaine envie de s’amuser ? » Et c’est une perspective qui lui plaisait bien. Mais s’ils finissaient la soirée ensemble, ce serait chez lui : Auxane ne pouvait pas prendre le risque de croiser Bohemian. Ce serait bien trop gênant pour eux. Lui, il ne s’inquieterait pas de ne pas la voir rentrer de la nuit. « Tu m’offrirais bien un verre ? Ou ta galanterie a disparu ? » Un sourire sur ses lèvres, alors qu’elle fait tourner le verre vide entre ses doigts, mais son regard ne quitte pas celui du blond. Comme attirée, comme si elle allait tomber dedans. Mais c’est un saut qui ne la dérangeait pas.

@Sawyer MacPherson



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thefinalsong.forumactif.org/t825-a-k-quils-le-donnent-dau En ligne
- l'arroseur arrosé -
avatar
date d'inscription : 05/11/2018
messages : 1597
pseudo (name) : hurry babe, mathilde.
multinicks : la jolie iris et aryan, l'homme objet.
faceclaim : dom. sherwood + h0neyy (av), beylin (sign)

studies/job : agent immobilier, vendeur de quatre murs et un toit.
heart situation : ex futur marié, laissé face à ses démons devant l’autel, frappé par le revers d’un passé honteux. Le cœur en miettes et verrouillé, à la recherche de sentiments qu’il se refuse à éprouver à nouveau.
personal thoughts : .
Theo - does this darkness have a name ?
Jace - lorsque l'on se perd en chemin...
Auxie - j'm'égare dans la vingt-cinquième heure.
Enola - is a visit or a joke ?

story of my life :
MessageSujet: Re: J’m’égare dans la vingt-cinquième heure (w/ sawyer)   Mer 12 Déc - 2:02


j’m’égare dans la vingt-cinquième heure
La manière dont Auxane semblait jouer avec lui rendait les choses encore plus excitantes pour Sawyer qui se délectait d’une telle offrande. Jamais il n’aurait imaginé, ne serait-ce qu’une seule seconde, que la brune se porterait volontaire pour entrer dans ce défi malsain, ce jeu dangereux dont elle ne sortirait certainement pas vainqueur, mais elle l’avait surpris. Encore une fois. C’était assez difficile d’associer la jeune femme en face de lui à cette gamine qu’il a vu grandir, accrochée au bras de Theodora Evans, alors qu’elle lui adressait un sourire charmeur. Sawyer resta quelques secondes immobile, observant Auxane sans dire un mot, perturbé par cette situation inconvenante mais certainement pas déplaisante. Tu m’offrirais bien un verre ? Les mots de la jolie brune vinrent le sortir de ses songes, raisonnables, déraisonnables, il ne savait plus comment se situer ni même comment agir vis à vis d’elle. “Jeff, remets-lui la même chose, c’est pour moi.” Il fit un signe de la main au barmaid, en lui indiquant le verre vide que sa voisine s’évertuait à faire tourner entre ses doigts délicats. Un sourire aux lèvres alors qu’il se retournait à nouveau vers la Khan, Sawyer la toisa du regard. “Alors comme ça, Auxane Khan est joueuse hein ? Parfait.” Il se délecta de cette information qu’il allait exploiter au maximum, se frottant les mains en imaginant la tournure des événements, auxquels elle n’était vraisemblablement pas préparée. Sadique ? Un peu, probablement. Dangereux ? Sans aucun doute. Enivrant ? Complètement.

Alors que Jeff déposa le verre sur le comptoir devant la demoiselle, en me manquant pas de les regarder amusé, faisant quelques signes amusés à Sawyer, dans une discrétion des plus incertaines, le blond attrapa son propre verre et le dirigea vers celui de la jeune femme avant de faire claquer leurs mixes respectifs. “A cette soirée que tu n’es pas prête d’oublier.” Une promesse. Alors qu’elle allait porter la mixture à ses lèvres, le jeune homme leva la main, et lui fit signe d’arrêter, un air malicieux illuminant son visage déjà rosi par la chaleur d’une atmosphère tendancieuse et surtout, alcoolisée à souhait. “Une gorgée, ça se mérite Khan, et comme tu m’as dit cap, voilà ton prochain défi...” Il marqua une pause, laissant monter la pression et le suspense, haussant les sourcils, la provoquant tout en souriant sincèrement. Il avait oublié Hastia, il avait oublié combien sa vie était morose, il avait oublié qu’il détestait son père, il n’y avait qu’elle, et le jeu. Ce soir, juste ce soir. “Cap ou pas cap de danser debout sur le bar devant moi ?” Il était déjà hilare à l’idée qu’elle se dandine, honteuse, sur le comptoir comme une vraie Coyotte Girl, elle, cette fille introvertie, douce, que l’on imagine difficilement aguicheuse, mais également hilare à l’idée qu’elle accepte d’attirer l’attention sur elle, sur eux, tous les deux à s’amuser dans un bar sous les yeux d’un public d’inconnus, et d’éventuelles connaissances dont ils ne soupçonnaient ni l’un ni l’autre la présence. Le risque. C’était rien, du moins pas grand chose, mais c’était tout à la fois, la définition même de ce semblant de relation qui n’existait que dans leurs souvenirs, que dans un présent alternatif qu’ils n’assumeraient jamais une fois de retour à la vraie vie, à la sobriété d’un quotidien dans lequel ils se détestaient.


@Auxane Khan



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
You think you know me
BUT YOU DON’T
AND THAT MEANS YOU DON’T KNOW WHAT I CAN DO.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thefinalsong.forumactif.org/t671-sawyer-si-moi-aimer-toi-
- la danseuse ivre -
avatar
date d'inscription : 12/11/2018
messages : 266
pseudo (name) : olympienne (audrey).
multinicks : la petite maman : reagan.
faceclaim : ana de armas by primbird.

studies/job : elle est institutrice maternelle, plutôt douée avec les enfants.
heart situation : seule, celle qui rêve au prince charmant. elle a peur d’être partie pour recréer le schéma chaotique de sa famille.
personal thoughts : theosawyerharperalbane
MessageSujet: Re: J’m’égare dans la vingt-cinquième heure (w/ sawyer)   Ven 14 Déc - 16:45


j’m’égare dans la vingt-cinquième heure
Auxane avait juste espéré pouvoir passer une soirée calme, sûrement seule avec son verre à échanger parfois quelques mots avec Jeff. Mais il était là, et il avait suffi de seulement quelques secondes pour que la soirée prenne un tournant inattendu. Juste un nom, un regard et ils se retrouvaient à trinquer ensemble : le verre offert par le blond tinte contre le sien et elle s'apprête à le porter à ses lèvres quand il l'arrête dans son geste. Il venait de lui promettre une soirée qu'elle n'était pas prête d'oublier et apparemment, ça commençait. Le sourire sur ses lèvres aurait dû lui dire de se méfier, ou de prendre ses jambes à son cou mais l'idée de jouer était trop enivrante. Dans ses souvenirs, elle ne s'était jamais autant amusée, jamais autant joué, elle le sentait. Elle ignorait la raison mais cette soirée lui faisait penser qu'elle s'en souviendrait, qu'elle irait au delà de ses limites, parce qu'elle était joueuse. Au moins autant que l'homme en face d'elle, elle en était presque persuadée, la brune. Une gorgée, ça se mérite Khan. Auxane sent son coeur s'accélérer, ils se sont embarqués dans un jeu et peut-être qu'ils se brûleraient les ailes. Mais ce soir, plus rien d'autre ne comptait, que les lèvres de cet homme qui dévoile le nouveau défi qu'il lui lance. Danser debout sur le bar devant lui, elle s'était attendue à tout sauf à ça. Mais il la connaissait depuis longtemps, elle et sa timidité légendaire, elle qui n'aimait pas être au centre de l'attention. Il se souvenait. Elle aurait pu tout abandonner, prendre son sac et repartir sans avoir touché à son verre. Elle aurait pu décidé de ne pas le faire et perdre. Rentrer chez elle avec les remords de ne pas avoir osé, l'impression de n'être encore qu'une adolescente trop timide. Et son regard se porte sur le comptoir : bien sûr qu'elle saurait, n'importe quelle fille pourrait le faire, alors elle aussi, non ? « La question ne se pose pas, je suis toujours cap. » En temps normal, elle n'aurait jamais accepté, si ce n'était pas lui en face d'elle. Si ce n'était pas lui qui la défiait, si ce n'était pas une situation si excitante. Auxane regarde son verre, elle aurait bien besoin de le boire mais elle le tend en direction du blond, plonge ses yeux dans les siens, et sourit. « Tu me le gardes ? »

Elle essaye de garder la face alors qu'elle est partagée entre peur et envie. « Jeff ! » Elle appelle leur ami commun, qui lance quelques mots qu'elle n'écoute même pas et lui tend la main, qu'il prend, non sans poser de questions. Il l'aide à monter sur le bar et lui lance un regard empli de questions, auquel elle répond simplement par un coup d'oeil lancé vers le blond. Exercice périlleux, debout sur le bar avec ses talons hauts et sa robe courte, les joues rouges. Elle ignore si c'est la chaleur, l'alcool, le regard de Sawyer et des autres hommes sur elle, mais elle essaye de faire abstraction. Elle ferme les yeux et l'alcool dans son sang doit aider ; elle se met à danser, à se déhancher. Des gestes un peu hésitants au départ qui prennent de l'assurance. Elle oublie qu'elle est sur un bar, qu'il y a un monde de fou dans l'endroit, dont peut-être des gens qu'elle connaît. Elle observe le bar, les lumières, mais elle aurait presque l'impression d'être seule avec le MacPherson. Elle se laisse aller, laisse son corps bouger au fil de la musique, sans gêne ni timidité, elle laisse son coeur vibrer. Et c'est bien la première fois depuis très longtemps. Elle se surprend à penser que même Theo ne la reconnaîtrait pas, comme si, ce soir, elle n'était plus Auxane. Plus la jeune fille timide d'il y a plus de dix ans. Auxane était pleine de surprise, Sawyer n'était pas prêt pour tout ça. Et quand la brune entend que la musique va se terminer, elle s'assied sur le bar, les jambes croisées et s'approche dangereusement du visage du blond. Son souffle est court, ses cheveux sont un peu plus en bataille que quand elle a commencé à danser, sa robe est légerement remontée sur ses cuisses mais ça lui fait un bien fou. Et elle adresse un sourire au blond, près, trop près de lui, de son visage. « Tu joues avec le feu, Sawyer. » Elle attrape son verre, toujours plein et en prend une gorgée en s'éloignant doucement. Elle descend du bar pour reprendre sa place sur le tabouret. « Etait-ce un test ? » Elle garde son verre en main, reprend une seconde gorgée sans rien lui demander. Ils aiment jouer, ça peut aller très loin. Elle le sait. Pour avoir fini par partager son lit. Et une petite voix lui indiquait que ça ne la dérangerait pas de recommencer, et apparemment lui non plus. « Il est dommage que tu ne sois pas monté sur ce bar pour danser avec moi, ça aurait été.. Intéressant. » Enivrant, excitant. Oh oui, cette soirée serait bonne. Et elle voulait que cette soirée ne termine jamais.


@Sawyer MacPherson



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thefinalsong.forumactif.org/t825-a-k-quils-le-donnent-dau En ligne
- l'arroseur arrosé -
avatar
date d'inscription : 05/11/2018
messages : 1597
pseudo (name) : hurry babe, mathilde.
multinicks : la jolie iris et aryan, l'homme objet.
faceclaim : dom. sherwood + h0neyy (av), beylin (sign)

studies/job : agent immobilier, vendeur de quatre murs et un toit.
heart situation : ex futur marié, laissé face à ses démons devant l’autel, frappé par le revers d’un passé honteux. Le cœur en miettes et verrouillé, à la recherche de sentiments qu’il se refuse à éprouver à nouveau.
personal thoughts : .
Theo - does this darkness have a name ?
Jace - lorsque l'on se perd en chemin...
Auxie - j'm'égare dans la vingt-cinquième heure.
Enola - is a visit or a joke ?

story of my life :
MessageSujet: Re: J’m’égare dans la vingt-cinquième heure (w/ sawyer)   Sam 22 Déc - 0:47


j’m’égare dans la vingt-cinquième heure
Assis sur son tabouret, Sawyer n’avait d’yeux que pour elle, Auxane. Ce soir-là, pour la deuxième fois, il s’était laissé emporter par le sourire angélique de la Khan, par la douceur de son regard, par l’espièglerie gravée sur son visage si délicat. Ce soir-là, il la découvrait autrement, il avait envie de creuser, de voir qui elle était vraiment derrière l’amie parfaite de Theodora, derrière cette fille bien rangée, derrière son air délicat. Elle avait accepté son défi, et Sawyer ne pouvait que s’en réjouir, il aimait jouer, il aimait les filles qui n’avaient pas froid aux yeux, il aimait qu’on aille au-delà du raisonnable, probablement parce qu’il était lui-même un expert en la matière. La jeune femme lui confia son verre, et grimpa sur le bar. Ses longues jambes auraient pu rendre aveugle quiconque les regardait, sa robe laissait deviner ses courbes délicieuses, un corps qu’elle lui avait déjà laissé la chance de toucher, de caresser, d’apprivoiser, un corps qui encore une fois lui donnait le tournis. Elle dansait, timidement, puis sans plus la moindre dose de timidité. Le blond voyait le regard de tous les hommes du bar se poser sur Auxane, et il était fier. C’était tout à fait ridicule, parce qu’elle n’était pas sienne la brune, mais quelque part, cette danse, elle était pour lui, pour lui prouver qu’elle était capable de relever le défi, son défi à lui, alors ça revenait à dire qu’elle dansait pour lui, et il était content. En même temps, le regard des autres lui donnait aussi quelques envies violentes, alors il se contenta de quelques regards noirs en direction des hommes qui approchaient de sa proie. Car oui, Auxane, dans ce jeu, était devenue une proie, une envie, un objectif. Mais ça ne devait pas être trop facile, ça ne devait pas avoir lieu trop vite, il fallait faire monter la température, et rien ne valait ce cap ou pas cap pour tester les limites de ces deux-là. La musique finie, elle descendit, non sans le surprendre. Son visage, tout près du sien, comme un appel à ce baiser qui lui brûlait déjà les lèvres, il les dévorait déjà, au moins du regard, sa bouche pulpeuse, ses opales fixées dans les siennes.

Il avait chaud, trop chaud, son corps tout entier lui disait de l’attraper et de l’amener très vite ailleurs, mais sa tête voulait jouer, voulait se bruler dans la tentation avec le désir en personne. Elle attrapa son verre qu’il tenait fermement, puis s’éloigna, amusée. Jamais il n’aurait imaginé se faire prendre à son propre jeu, mais elle était en train de mener la partie d’une main de maître. "Danser avec toi ? Moi ? Voyons Khan, j’voulais voir ce que t’avais dans le ventre, et je dois t’avouer que tu m’as bluffé.” Il était bon joueur Sawyer, et surtout, il savait que la flatterie portait ses fruits, du moins la plupart du temps. Il n’oublierait pas cette soirée, ni même l'image de la brune sur le bar, complètement désinhibée, profitant du moment présent, une fille qu’il n’avait jamais suspectée en elle, une folie qui lui allait à la perfection. “J’aime cette version de toi Khan, tu me surprends, ça me plait.” Il lui adressa un petit sourire, timide, parce que c’était sincère cette remarque, il était vraiment séduit par ce qu’il découvrait d’elle, et pour la première fois depuis sa rupture avec Hastia, il avait envie d’apprendre à connaître quelqu'un, encore plus quand cette personne n’était pas une inconnue, mais réussissait.à lui prouver qu’ils ne savaient rien l’un de l’autre, encore plus quand cette fille avait tout compris dans l’art et la manière d’attirer Sawyer MacPherson dans ses filets : le jeu, le chaud et le froid, le défi, et la provocation. “Défi relevé, je crois que c’est donc à ton tour de me mettre à contribution, alors Khan, je t’attends maintenant, continue de me surprendre...” Il était fébrile, complètement assujetti aux mots de sa compagne du soir, parce qu’il était curieux maintenant, impatient de poursuivre ce jeu auquel il était sûr de perdre, ou alors plutôt de gagner le pompon. Pour être honnête, il n'avait plus de notion de bien et de mal à ce moment-là, il n'y avait qu’elle, la chaleur, et sa testostérone.


@Auxane Khan



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thefinalsong.forumactif.org/t671-sawyer-si-moi-aimer-toi-
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: J’m’égare dans la vingt-cinquième heure (w/ sawyer)   

Revenir en haut Aller en bas
 
J’m’égare dans la vingt-cinquième heure (w/ sawyer)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Paris - Le Musée d'Orsay...
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» haiti dans les annees 50
» Les changements climatiques menacent le tourisme dans les Caraibes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
pictures of you. :: BURLINGTON, VERMONT :: South End-
Sauter vers: